LE LABORATOIRE DE RECHERCHE EN SCIENCES DE L’INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION DU CELSA
EA 1498
Soutenance

Les corps du livre — du codex au numérique — Enjeux des corporéités d’une forme médiatique : vers une anthropologie communicationnelle du livre

Elsa Tadier, soutenance de thèse

Mercredi 7 février 2018 - 14:00

Lieu : 
CELSA, salle 115
France
Organisé par : GRIPIC

Le jury sera composé de : 

M. David DOUYERE – Professeur, Université François Rabelais de Tours
Mme Joëlle LE MAREC – Professeure des universités, Celsa - Sorbonne Université
Mme Fabienne MARTIN-JUCHAT – Professeure des universités, Université Grenoble Alpes
M. Pascal ROBERT – Professeur des universités, Enssib - Université de Lyon
M. Emmanuël SOUCHIER – Professeur des universités, Celsa - Sorbonne Université
Mme Anne ZALI – Conservateur général honoraire, Bibliothèque nationale de France

À « l’ère du numérique », cette thèse porte sur le livre défini comme forme médiatique. En réinterrogeant la conception occidentale de la communication portée par ce média, elle met en regard la forme matérielle du livre et sa fonction symbolique. La thèse se nourrit d'une histoire des formes pour analyser les mutations liées à l’émergence du « livre numérique ».  Le livre assure une fonction de médiation entre les partenaires de l’échange, irréductiblement absents l’un à l’autre. Cette absence est envisagée comme un principe moteur, travaillant le processus communicationnel du livre dont la matérialisation constituerait l’hypothèse d’une « rencontre ». Dès lors, dans quelle mesure le livre emprunte-t-il au modèle du corps pour prendre en charge sa fonction de médiation et fonder son « opérativité symbolique » ? Renversant le regard sur cet objet considéré comme figé, nous interrogeons son processus dynamique d’inscription dans la vie sociale. Et, envisageant les dimensions « composites » de sa fabrique, nous tentons de saisir les enjeux des corporéités du livre entre langue, texte et support. Notre hypothèse est que le livre se donne comme un corps substitutif porté par une pensée de la co- présence de ses acteurs, en tant que forme dans laquelle ils font alternativement « présence ». Il s’agit donc d’interroger les corporéités du média et en retour d’analyser la façon dont le livre participe de la construction de conceptions culturelles et sociales du corps.  En repensant les enjeux de la médiation, cette thèse pose les perspectives d’une anthropologie communicationnelle invitant à reconsidérer les médias au regard d’une réarticulation des rapports entre nature et culture. 

Mots-clés : livre ; corps média ; forme ; composites ; sémiotique ; phénoménologie ; anthropologie ; communicationnelle

Chargement...