LE LABORATOIRE DE RECHERCHE EN SCIENCES DE L’INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION DU CELSA
EA 1498
Soutenance

Espaces autres de la littérature. Le patrimoine littéraire à l’œuvre hors le livre

Anneliese Depoux, Thèse de doctorat

Vendredi 6 décembre 2013 - 14:30

Lieu : 
CELSA
77 rue de Villiers
92200 Neuilly-sur-Seine
France
Organisé par : GRIPIC

Ce travail a été préparé sous la direction de Messieurs les Professeurs Yves Jeanneret et Marc Escola (Professeur à l’Université de Lausanne).

Le jury est composé de :

Madame le Professeur Julia Bonaccorsi, Université Lumière Lyon 2 (rapporteur)

Monsieur le Professeur Marc Escola, Université de Lausanne

Monsieur le Professeur Yves Jeanneret, Université Paris Sorbonne – CELSA

Monsieur le Professeur Bernard Lamizet, Institut d’études politiques de Lyon (rapporteur)

Madame le Professeur Adeline Wrona, Université Paris Sorbonne – CELSA

Résumé de la thèse :

À l’origine de cette thèse, une ambition : observer la littérature à travers ses « métamorphoses médiatiques », considérer ce qui se joue dans le social pour faire apparaître les représentations du littéraire qui se manifestent dès lors qu’un texte est réédité sous des formes moins académiques que le livre. Saisi par la place occupée par le littéraire dans l’économie symbolique de l’espace public contemporain, notre regard s’est porté sur les pratiques ordinaires de circulation du texte littéraire dans notre quotidien, la « publicité», au sens habermassien du terme, d’un objet textuel à valeur littéraire en attachant une importance particulière à la scénographie. Nous nous sommes intéressée dans l’espace de la cité à des espaces et à des tâches qui participent de notre quotidien: le transport, le commerce, le loisir. Soit trois expériences situées du littéraire : le métro, l’espace marchand et l’espace muséal.

Observant les déplacements du littéraire dans l’espace commun, nous examinons des situations de communication qui disputent la valeur qu’on reconnaît au littéraire dès lors qu’il se trouve publicisé ailleurs que dans l’espace livresque. Le cadre théorique de cette recherche est l’occasion de réinvestir la notion d’objet littéraire en regardant les régimes discursifs variés de son inscription dans le social à travers la dimension expositive, en somme la constitution d’un espace de la littérarité dans la ville. La partie empirique de cette recherche considère le déploiement de l’espace littéraire et envisage la question de la littérarité in situ dans la polyphonie urbaine. Finalement, c’est la rencontre entre des lieux de communication et des espaces de la littérature que nous avons pratiquée. Au travers de ces incarnations scripturales, il s’agit donc d’étudier les formes d’une autre consommation de l’objet littéraire et les représentations qui s’instituent dans le geste éditorial hors le livre.

Chargement...