LE LABORATOIRE DE RECHERCHE EN SCIENCES DE L’INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION DU CELSA
EA 1498

Colloque international « Matière et esprit du journal »

11 mars 2010Rayonnement et attractivité académique (Organisation de colloques…)

Matière et esprit du journal

 

Le discours de la forme dans la presse, de la Gazette à Internet

Colloque organisé par le CRIMEL (Université de Reims) et le GRIPIC (Celsa Paris-Sorbonne)

les 11 et 12 mars 2010, à la Médiathèque de Troyes avec le soutien du REJ

Laboratoire des formes et des discours, la presse enregistre depuis sa création les évolutions techniques et culturelles qui affectent les modes de l’échange intellectuel. D’une « révolution » l’autre, le journal, la « feuille », le quotidien, le site d’information réservent des espaces éditoriaux à la mise en discours des contraintes liées à la diffusion du discours journalistique, et à « l’objet journal » lui-même. Ce colloque prendra pour objet ces métadiscours médiatiques, où se formule le regard que les journalistes eux-mêmes portent sur les spécificités et sur les mutations de l’outil qu’ils utilisent. Il s’agit de s’interroger sur la permanence, dans la presse, d’un discours de la forme, qui occupe des espaces variés, et se reconfigure au fil des mutations historiques.

Beaucoup d’études ont été consacrées, au cours des dernières décennies, à l’histoire du livre en tant qu’objet matériel. Les chercheurs se sont ainsi intéressés à la fois aux conditions de production et de diffusion des ouvrages, et à leur présentation proprement dite (évolution des formats, des supports, de la mise en page, des procédés d’impression etc.). L’arrivée de l’électronique a certainement contribué pour partie à ce mouvement d’intérêt : comme le constatait récemment Michel Melot, on a voulu connaître davantage, pour mieux le protéger, cet « objet sensible que l’on croyait menacé[1] ».

L’histoire matérielle du journalisme a elle aussi fait l’objet d’ouvrages et de manifestations scientifiques ces dernières années. Toutefois, la pratique métadiscursive des journalistes eux-mêmes a rarement été envisagée de manière systématique. Or, la prise en compte de ce métadiscours nous paraît primordiale, à une époque où le succès de la presse gratuite et plus encore le développement d’Internet imposent au journalisme des transformations majeures. Les acteurs de ce nouveau média comme les journalistes de la presse papier sont évidemment amenés à juger, au sein même de leurs écrits, des mutations qui affectent à la fois leurs pratiques rédactionnelles et la relation qu’ils entretiennent avec le public. Il nous semble en outre possible de montrer que, depuis l’apparition de la presse, les journalistes ont toujours dû s’interroger sur les potentialités de l’objet journal comme sur les contraintes qui pèsent sur lui. La question du support et de la présentation matérielle a en effet joué un rôle déterminant dans l’histoire du journalisme, et ce bien avant l’apparition des nouvelles technologies de l’information. Ainsi, sous l’Ancien Régime, la naissance d’une nouvelle catégorie de périodiques s’est en général accompagnée du choix d’un format et d’une présentation spécifiques. L’exemple de la France est de ce point de vue très révélateur dans la mesure où, aux trois grands journaux à privilège créés au XVIIe siècle[2], correspondent un support et une mise en page distincts. De même, l’irruption au siècle suivant d’un journalisme au ton nouveau, plus libre et plus personnel, s’est caractérisée par le recours à la forme fragile et légère de la feuille volante. Ce lien entre forme, format et contenu s’est maintenu au XIXe siècle, lorsque la presse écrite a connu sa montée en puissance, et au XXe siècle, lorsqu’elle a dû affronter la concurrence de nouveaux médias. Ce métadiscours apparaît même aujourd’hui comme un enjeu pour tous les producteurs de l’information, puisque les discours à propos de l’internet prétendent que ce dernier deviendrait le média global, enchâssant et incorporant l’ensemble des formes médiatiques déjà instituées.

Le rapport du support à la forme a donc été historiquement déterminant : la colonne de l’article, le rez-de-chaussée de la Une, les pavés ou les bandeaux… Au-delà de la contrainte formelle, des cadres physiques dans lesquels s’inscrit l’information, ce sont les formes journalistiques, au sens rhétorique du terme, qui se sont déployées (articles, feuilletons, brèves…). La forme a ainsi déterminé une pratique à travers un “sens formel”. Nous voudrions, dans le cadre de ce colloque, envisager l’imprégnation du discours journalistique par cette conscience de la forme. Quelle conscience les praticiens (journalistes, maquettistes, typographes…) ont-ils du “sens formel” qu’ils élaborent, comment l’abordent-ils ? Le journalisme est-il vraiment cet atelier d’écriture culturel si souvent évoqué à propos d’Internet ? Comment dès lors envisager les enjeux du “sens formel” de la pratique journalistique ?

[1] « Les vertus du livre à l’heure du multimédia », colloque dirigé par Michel Melot et Pascal Lardellier, Demain, le livre, Paris, Éditions de l’Harmattan, 2007, p. 19.

[2] Il s’agit de la Gazette, lancée en 1631, du Journal des savants, fondé en 1665, et du Mercure galant, qui fait son apparition en 1672.

Chargement...