LE LABORATOIRE DE RECHERCHE EN SCIENCES DE L’INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION DU CELSA
EA 1498

Séminaire « Le Rendez-vous des Lettres »

Les métamorphoses du livre et de la lecture à l’heure du numérique
21 novembre 2011 au 23 novembre 2011
Rayonnement et attractivité académique (Organisation de colloques…)

Le Rendez-vous des lettres – organisé en partenariat avec la BnF et le CELSA (université Paris-Sorbonne), réunit chaque année pendant trois jours enseignants, universitaires, chercheurs et inspecteurs pédagogiques autour d’une question centrale pour l’École : celle de l’avenir de l’écrit, du livre et de la lecture à l’heure du numérique. La manifestation, devenue ainsi un lieu d’échanges réguliers avec les partenaires naturels du professeur de lettres que sont les bibliothécaires, libraires, éditeurs, écrivains, artistes et professionnels du livre, présente, outre un colloque scientifique incluant conférences, tables rondes et lectures autour du thème de l’année, des exemples de réalisations menées dans les classes par les professeurs de l’enseignement secondaire.
En 2010, la réflexion avait mis en valeur la matérialité sensible du livre : elle était centrée sur l’étude des supports – histoire du livre, de ses imaginaires, des métiers et des espaces qui le font exister – pour, chemin faisant, fonder un nouveau discours sur l’écrit à l’École et permettre aux élèves de renouer autrement avec les mille et un bonheurs de la lecture et de l’écriture.
Cette année, il s’agit de faire percevoir l’oeuvre littéraire comme une production vivante, faisant intervenir, de sa genèse jusqu’à sa réception, de nombreux acteurs qui contribuent, chacun à leur manière, à la faire vivre, à perpétuer et à renouveler, à travers les supports et les formes qu’ils inventent, les pratiques culturelles ou scolaires du livre et de l’écrit. Il s’agit également d’éclairer les rapports complexes qui se tissent, à l’heure du numérique, entre l’auteur, le lecteur et l’éditeur; de réfléchir à la manière dont les manuels scolaires et les ressources pédagogiques induisent certains rapports à la lecture chez les élèves, en modélisant ou en diversifiant les pratiques pédagogiques ; enfin d’analyser différents processus de transmission et de circulation des textes (édition, traduction, interprétation, critique, numérisation).
Animé d’une extraordinaire puissance de métamorphose, démultipliée par les médias numériques, le livre n’est-il pas d’abord une énergie, une promesse à laquelle s’attache selon Borges, une « immensité d’espérance » pour nos élèves ?

Chargement...