LE LABORATOIRE DE RECHERCHE EN SCIENCES DE L’INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION DU CELSA
EA 1498
Journée(s) d'étude

Rencontres Musées-Recherche 2017 GRIPIC (CELSA - Université Paris-Sorbonne) / OCIM (Université Bourgogne)

Dilemmes et scrupules : soutenir des engagements

Jeudi 9 novembre 2017 -
09:00 au 18:00

Lieu : 
CELSA
France
Organisé par : Joëlle Le Marec (GRIPIC) et Ewa Maczek (OCIM)

Depuis 2010, les rencontres professionnelles Musées et recherche réunissent chaque année des professionnels des musées, centres de science, des acteurs du secteur culturel et patrimonial, et des enseignants-chercheurs. L’objectif de ces rencontres est de développer une réflexion sur toutes les formes de collaboration formelles et informelles, sur les expériences ou réflexions critiques qui inspirent à la fois la recherche, l’expérimentation et l’action culturelle considérée au sens large (programmation, conception de projets, muséographie, médiation).

Destinataires
Chercheurs et enseignants-chercheurs, doctorants, muséologues, médiateurs, conservateurs, chefs de projets, chefs de services, professionnels de l’étude

Co-pilotage du projet
Joëlle LE MAREC, Professeure en sciences de l’information et de la communication à Celsa Paris 4 et membre du GRIPIC
Ewa MACZEK, Directrice adjointe, Ocim, université de Bourgogne.

Evènement gratuit, inscriptions à l'adresse : https://ocim.fr/formation/musees-recherche-2017/

Il s’agit de mettre en commun et en discussion, à disposition d’une communauté interprofessionnelle et interinstitutionnelle, des résultats de recherche, des savoirs professionnels, des pratiques de collaboration et des modes de faire.

Les rencontres antérieures ont porté sur les pratiques de collaboration, les problématiques interculturelles traitées simultanément par musées et chercheurs, les visions critiques et expérimentales de l’innovation ou encore les démarches de projet collectif. En 2016, la rencontre a porté sur l’expérience et les savoirs liés à des situations précaires et hybrides, chez les professionnels et chercheurs. Il s’agissait de discuter les frontières entre des communautés de réflexion et d’action, dont les limites mouvantes ne se recoupent pas forcément.
Pour l’édition 2017, il s’agit de prolonger la réflexion sur les conditions du partage des engagements, individuels et collectifs, dans un contexte où contradictions et malentendus peuvent réduire ou paralyser la liberté d’action. En effet, on assiste aujourd’hui au renforcement continu des exigences de contrôle et de mesure de la « production » des agents, à partir de modèles pourtant contradictoires avec les savoirs et les expériences émancipatrices issus de la recherche et de l’action culturelle.

Ainsi, les individus et les groupes peuvent vivre des tensions fortes entre missions institutionnelles et mutations des normes professionnelles, entre ce qu’ils savent d’expérience, et ce qu’ils sont amenés à faire sur la base de modèles prescrits. Comme dans le cas de services publics, ayant subi des restructurations fortes, enseignants, chercheurs, médiateurs et créateurs vivent des dilemmes entre, d’une part, la fidélité à des missions essentielles au bien commun et, d’autre part, un sens du devoir relié à des contrats, statuts et positions professionnelles parfois précaires.

Ces tensions font l’objet de discussions informelles au cours desquelles les individus partagent des constats, expriment des doutes et peuvent développer une forte réflexivité collective. Il reste cependant difficile de faire jouer à ces savoirs réflexifs un rôle structurant dans l’évolution des institutions culturelles et scientifiques.

C’est pourquoi les rencontres « Musées et recherche » 2017 se donnent pour objectifs le partage de recherches et d’expériences liées à une réflexion soutenue sur les dilemmes, scrupules, désaccords mais aussi des engagements, pour développer des capacités de réflexion et d’action collectives. Cette visée répond à la fois à une appropriation par la communauté d’une dynamique d’empowerment, encouragée aux plans politiques et culturels, et au développement d’une épistémologie sensible aux pratiques et aux savoirs situés.

Chargement...