LE LABORATOIRE DE RECHERCHE EN SCIENCES DE L’INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION DU CELSA
EA 1498
Communication sans actes

Matérialité, formes et pouvoirs du faire-représentationnel du numérique.

Pour une approche méthodique de la représentation des utilisateurs dans les interfaces tactiles.
Inès Garmon, Etienne Candel
Université d'été Ludovia #16 : Numérique et représentations, 20 août 2019, Ax-les-Thermes

Le numérique et ses industries proposent des représentations du monde, des utilisateurs et des objets, à travers des écrans donnés à la manipulation, dans par exemple les cartographies de géolocalisation, les profils de réseaux sociaux, les comptes de sites de rencontre, etc. Cette représentation s’accompagne de discours naturalisants et d’une croyance : la médiation matérielle serait secondaire, négligeable, transparente ; les traces numériques ne seraient pas autre chose que des traces tout court ; et le média ne serait qu’un appareil logistique perfectionné dans la communication, qui pourrait rester impensé dans ses dimensions textuelles et symboliques. Le terme de « numérisation », désormais popularisé, concentre ces représentations ordinaires d’un passage sans médiation du réel au numérique. À l’identité personnelle correspondrait une identité numérique, et le « soi » se verrait simplement doté de nouvelles formes de représentation de l’utilisateur. Le terme de « représentation numérique » rendrait ainsi évanescent le passage à la raison computationnelle (Bachimont, 2010), niant autant les capacités des utilisateurs comme des concepteurs à jouer de l’enregistrabilité en régime numérique, que le pouvoir des plateformes à sur-déterminer le réel social. C’est pourtant dans ces cadres qu’il faut penser la représentation en régime numérique, en prenant toutefois en compte les imaginaires et croyances sur lesquels elle s’appuie.

Chargement...