LE LABORATOIRE DE RECHERCHE EN SCIENCES DE L’INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION DU CELSA
EA 1498
Article

Les pronétaires du Web 2.0 ou l’évolution de la définition de la relation et ses conséquences

L’explosion discursive autour du concept d’identité
Synergies Pologne, n° 6, Gerflint, 2009, p. 33- 48

En 1989 «le mur de Berlin» s’effondre et, en quelques semaines, un monde se dissout dans l’ouverture au libéralisme. La même année, le World Wide Web est inventé. L’objectif est qu’il soit devienne un outil de coopération universelle. D’une idéologie communiste à une réalité «collaborative», la même utopie refait surface. Un nouveau monde naît au moment où un autre disparaît, avec ses nouvelles pratiques, ses nouveaux rites, ses nouvelles icônes. Cette nouvelle donne s’accompagne d’une nouvelle définition des relations, notamment hiérarchiques.
Le Web 2.0 doit intéresser les enseignants de langues, même si aujourd’hui, quand vous avez plus de 35 ans, vous êtes «un immigré du numérique». Pour la première fois, élèves et enseignants ont l’occasion de mutualiser des expériences, des savoirs, des savoir-faire et des savoir-être…en un mot de «casser» le sens unique et vertical de l’apprentissage traditionnel. Les technologies de l’information et de la communication ont changé en un siècle notre rapport au savoir, lequel perd progressivement de son autorité pour devenir une marchandise de plus en plus démocratisée et disponible pour le plus grand nombre au «robinet» de Google, ce nouvel Alphabet (ou «Alpha-bète» !).Les anciennes hiérarchies se dissolvent, les frontières (notamment disciplinaires) s’estompent, et chaque individu se trouve aujourd’hui lancé dans une course fatigante à la construction de son identité. Cette «double-bind», formulée par le marché, fait de chacun de nous un nouveau Sisyphe, condamné à rouler son rocher identitaire.
 

Chargement...