LE LABORATOIRE DE RECHERCHE EN SCIENCES DE L’INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION DU CELSA
EA 1498
Communication sans actes

La reconnaissance au travail par l’appartenance à une organisation

Epreuves identitaires et processus d’adaptation dans une entreprise bureaucratique
Congrès international de l’AISLF (Association Internationale des Sociologues de Langue Française), 15 juillet 2008, Istanbul

Une recherche menée pendant trois années en immersion en entreprise donne à voir les processus de reconnaissance au travail à l’œuvre dans la régulation bureaucratique. La logique organisationnelle bride la réalisation de soi par le travail car elle rabat les individus sur les fonctions et grades hiérarchiques qu’ils occupent, et elle écrase les tentatives « véritables » de participation au travail. L’offre identitaire institutionnelle joue en revanche fortement sur l’identification à l’entreprise (prestige de la mission et de l’organisation, pacte d’emploi lié à une gestion statutaire des ressources humaines, à des avantages sociaux, et une offre de loisirs et activités). Partant, la recherche éclaire le processus d’adaptation des individus pour accéder à la reconnaissance. On montrera que certains acteurs interprètent avec sérieux et loyauté leur rôle organisationnel et que, dans ce cas-là, le sentiment de reconnaissance est nourri par l’appartenance et par l’identification au collectif. La question de la lutte pour la reconnaissance est alors, dans une certaine mesure, réglée par un renoncement à la reconnaissance du travail et par l’adhésion à un pacte d’emploi. D’autres acteurs sont dans une logique d’« adaptation secondaire » (Goffman) aux attentes de rôle. On s’intéressera en particulier aux stratégies – parfois clandestines - de réalisation de soi par le travail (refuge dans des niches professionnelles).

Chargement...