LE LABORATOIRE DE RECHERCHE EN SCIENCES DE L’INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION DU CELSA
EA 1498
Communication sans actes

Siri, le robot qui m’aimait ? Etude des ressorts linguistiques d’une “ingénierie de l’enchantement”

L’Attachement aux cyber-choses : logiciels sentimentaux, love-bots et séducteurs de synthèse, 15 juin 2017, Paris - Université Paris Nanterre

Résumé 

Siri, le robot qui m’aimait ? Etude des ressorts linguistiques d’une « ingénierie de l’enchantement »

Cette communication propose d’étudier l’écriture des interactions homme-machine et des scénarios sentimentaux développés lors de la conception d’assistants personnels numériques. Nous nous demandons comment le dispositif conversationnel encourage les utilisateurs à établir un lien affectif avec la machine. Qu’est-ce qui les pousse à croire l’assistant personnel Siri lorsqu’il leur dit « Je ne sais pas ce que vous avez entendu mais les assistants virtuels ont aussi des sentiments. » ? L’objectif de cette communication est de répondre à cette question en présentant les engrenages de cette « ingénierie de l’enchantement », les stratégies linguistiques qui conduisent à s’attacher à un agent logiciel. Nous nous intéresserons également aux différents positionnements des concepteurs face aux attitudes sexistes de leurs usagers. Il s’agira par-là de voir en quoi l’écriture de l’interaction homme-machine détermine non seulement notre relation aux objets mais parfois aussi notre vision du genre féminin.

Abstract

Siri, the Robot who Loved Me? Study of the Linguistic Mechanisms for a «Technology of Enchantment»

This communication studies the scriptwriting of “human-machine interaction” and the conception of sentimental scenarios in the design of digital personal assistants. How does the conversational device encourage users to make an emotional connection with the machine? What makes them believe the personal assistant Siri when it says «I don’t know what you've heard but virtual assistants also have  feelings». We will answer these questions by presenting the gears of this «technology of enchantment», the linguistic strategies that lead to attach the user to a software agent. We will also focus on the different designers’ attitudes toward sexist behaviour and misoginy. The main idea we intend to convey is that the writing of “human-machine interaction” not only determines our relation to objects but also, for some cases, our vision of the feminine gender itself.

Chargement...